LA RT 2012, POUR FAIRE DES ÉCONOMIES D’ÉNERGIE ET VALORISER LE PATRIMOINE

LA RT 2012, LE BBC POUR TOUS !

Pour réduire durablement les dépenses énergétiques, le Grenelle Environnement a défini un programme de réduction des consommations énergétiques des bâtiments. Une nouvelle réglementation thermique dite « RT 2012 » a été mise en place. Elle s’applique aux constructions neuves. La RT 2012 est applicable à tous les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2013.

La RT 2012 généralise à toutes les constructions neuves le niveau de performance qui était imposé précédemment, aux maisons labellisées BBC-Effinergie. Ce qui était une démarche volontaire (Label BBC) devient aujourd’hui obligatoire.

UNE ÉVOLUTION RADICALE

Alors qu’une maison conforme à la précédente réglementation (RT 2005) permettait d’afficher une étiquette énergie D sur le DPE (Diagnostic de Performance Énergétique), une maison désormais conforme à la RT 2012 permettra d’afficher une étiquette A ou B. La consommation d’énergie maximale de la maison imposée par cette nouvelle réglementation sera 3 ou 4 fois plus faible que celle imposée par la RT 2005.

LES EXIGENCES DE LA RT 2012

Un calcul thermique réglementaire permet de justifier que les 3 niveaux de performance imposés (Bbio, Cep et Tic) sont respectés. Par ailleurs, d’autres dispositions techniques sont obligatoires dans la construction des maisons.

  • L’efficacité énergétique (Bbio) : l’énergie la moins chère est celle que l’on ne dépense pas.
  • Le Bbio, ou Besoin bioclimatique conventionnel, exprime les besoins liés au chauffage, à la climatisation et à l’éclairage. Cet indicateur se calcule par une étude thermique dite « réglementaire ». Une valeur maximale ne doit pas être dépassée dans le cadre de la RT 2012. Un Bbio performant s’obtient en optimisant le bâtiment indépendamment des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude mis en oeuvre :
  • en travaillant sur l’orientation et la disposition des baies afin de favoriser les apports solaires en hiver tout en s’en protégeant en été,
  • en privilégiant l’éclairage naturel, en prenant en compte l’inertie pour le confort d’été,
  • en limitant les déperditions thermiques grâce: à la compacité des volumes,
    à une bonne isolation des parois opaques (murs, dalle et toiture) et des baies (fenêtres et portes extérieures) La consommation conventionnelle d’énergie (Cep)
  • Le Cep ou coefficient de Consommation conventionnelle d’énergie primaire porte sur les consommations annuelles ramenées au m² liées aux cinq usages suivants : chauffage, climatisation (le cas échéant), eau chaude sanitaire, éclairage, et auxiliaires (pompes et les ventilateurs).

LA TEMPÉRATURE INTÉRIEURE (TIC)

Le Tic caractérise la Température intérieure conventionnelle en période de forte chaleur. sa limitation vise à assurer, en été, de part et d’autre, un bon niveau de confort et à éviter les surchauffes sans qu’il soit nécessaire de climatiser. Une surface minimale de baies.

Elles doivent représenter au minimum 1/6ème de la surface habitable.

UNE ÉTANCHÉITÉ À L’AIR RENFORCÉE ET MESURÉE

L’association d’une bonne étanchéité et d’un système de ventilation performant permet de contrôler le renouvellement d’air et ainsi de limiter les déperditions thermiques tout en assurant une bonne qualité de l’air intérieur. une mesure doit être réalisée avant la réception.

LE RECOURS À L’ÉNERGIE RENOUVELABLE

La RT 2012 impose le recours à une source d’énergie renouvelable, EnR ou à une solution alternative. A ce titre, vous avez le choix entre:

  • les capteurs solaires thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire,
  • les panneaux photovoltaïques pour la production d’électricité,
  • les chaudières à bois ou poêles à granulés de bois*,
  • le raccordement à un réseau de chaleur alimenté à plus de 50% par des EnR, considérés tous les quatre comme source d’EnR.
  • En solution alternative, vous pouvez avoir recours à:
    • un chauffe-eau thermodynamique,
    • une chaudière à micro cogénération.

* Attention, seuls les poêles à granulés de bois équipés d’une régulation automatique et chauffant au plus 100m² sont pris en compte comme un système de chauffage dans le calcul règlementaire. Les poêles à bûches ne sont pas considérés, au sens de la règlementation thermique, comme une installation de chauffage car non équipés de régulation.

LE COMPTAGE DE L’ÉNERGIE

Un système de comptage doit permettre aux habitants de surveiller leurs consommations d’énergie selon les différents usages (chauffage, eau chaude…).